« Le Ciel de l’autre rive » : chronique triestine

Posted on 29 juillet 2017

« Le ciel qui est au-dessus des poésies de Saba, qui l’absorbe dans sa totalité, ce ciel organique, mais pas seulement, que nos prédécesseurs reconnurent comme unique, c’est le ciel de Trieste, c’est-à-dire le ciel de « l’autre rive ». Saba, bien qu’il fût italien (plus italien que bien de ses contemporains) et malgré son universalité humaine, fut un auteur « périphérique ».

« La compréhension, la sympathie humaine… Les soldats de Saba sont le peuple italien, tel qu’il était en ce temps-là et tel qu’il est encore aujourd’hui, en profondeur, parce que s’il est vrai que ces choses changent, elles changent lentement.

(Storia e cronistoria del Canzoniere)

Tous ces livres me parlent car je les ai trouvés pour converser avec leurs auteurs, pour qu’ils me parlent de leur temps, de leur vie, de leur personne (s’il est vrai, comme l’a inventé Héraclite, et cent autres après lui, qu’« un carcactère, c’est ce qui fait le destin »). Je reconnais un livre à la façon toute naturelle qu’il a de vous emboîter le pas, à la manière dont les caractères bondissent hors de la page et font entendre une voix sonore.

Je me suis heurté à Saba, que l’on rencontre à chaque pas à Trieste, dès que l’on a lu une de ses poésies. Comme disait Stendhal, Triestin de passage, « un écrivain capable de susciter de la haine cinquante ans après sa mort a gagné sa postérité ».

À partir de Saba, vingt noms, vingt destins se sont ouverts à moi dans le monde triestin.

« Et lui, tu le connais ? » m’a demandé le libraire Volpato en brandissant un livre rose, à l’enseigne de l’éditeur Scheiwiller, « Il Pesce d’oro ». Le titre, la typographie, la couverture me parlèrent avant même de l’avoir ouvert : In compagnia di Stendhal. Le bon docteur Pincherle, pédiatre, était ami de Saba, et leur amitié passait par les arcanes de la littérature. Je découvris un livre de l’une de ses patientes, Miriam Coen, qui lui était dédié. Puis un autre livre sur le bon docteur stendhalien par une de ses consœurs, la docteuresse Federica Scrimin, Un dottore matto matto sulla testa un gatto. Quel titre ! Quelle joie ! « Un docteur foufou avec un chat sur la tête ». J’ai appelé Federica et on s’est vus au café San Marco sur la via Battisti, café historique appuyé à la vieille synagogue – deux établissements qui sont un excellent antidote l’un pour l’autre. J’ai appelé Miriam que je suis allé voir à Turin. J’ai lu le livre de Rita Corsa sur Edoardo Weiss, l’inventeur de la psychanalyse en Italie, à Trieste, et j’ai rencontré son auteur au café Tommaseo, sur les rives. Chaque jour, je me suis infiltré dans la librairie Achille, chez Misan père et fils, ou à Drogheria 28, chez le Padouan Volpato, ou à la Minerva, qui siège dans la légendaire via San Niccolò. Le vieux libraire Zorzon, de la librairie internationale Svevo, chez qui j’ai découvert tant de trésors il y a vingt ans et plus, n’était plus là et le fonds de sa collection éditoriale était dispersé. J’ai revisité Voghera et Bazlen, Benco et Stuparich, Dollot et Burton, Giotti et Marin… Antonio de Giuliani, Triestin de naissance, Viennois d’élection, humaniste des XVIIIeme et XIXeme siècles, nous livre encore aujourd’hui ses remarques fulgurantes d’un lettré éclairé sur l’Europe de l’après Waterloo. Joyce et Svevo courent les rues de Trieste. Enrico Elia ressuscite le Fiumano Antonio Smareglia et les Noces istriennes éveillent en nous cet immense continent de la presqu’île vénitienne et romaine. Les lettres d’Enrico Morovich nous racontent la Fiume impériale, multiligue et souveraine. Spaini et Crise, Malabotta et Mattioni se croisent sans fin, dans l’indifférence de tous – et c’est le prix de la liberté.


Responses are closed for this post.

Recent Posts

Tag Cloud

Adelphi Alberto Sordi Alexis de Tocqueville André Gide Anthony Burgess Baudelaire Biagio Marin Boris Iampolski Burgess C. S. Lewis Ceszlaw Milosz Chantal Akerman Edouard Limonov Ennio Flaiano Federico Fellini Fellini Gaspare Gozzi Jean-Luc Godard Jean Eustache Jeremias Gotthelf John Ruskin Jonathan Swift Joseph Brodsky Joseph Roth La Repubblica Le Monde Leo Longanesi Maurice Samuel Michel Houellebecq Michel Onfray Mon cœur mis à nu Naples Nicolàs Gòmez-Dàvila Robert Walser Samuel Johnson Santa Maria delle Grazie Sellerio Serguei Dovlatov Stendhal Totò Valentina Polukhina Vassili Rozanov V S Naipaul W H Auden Zermatt

Meta

Brussell-express is proudly powered by WordPress and the SubtleFlux theme.

Copyright © Brussell-express