Sots’ art et art pur | Brussell-express

Sots’ art et art pur

Posted on 03 janvier 2015

sneg ploschad« Loubia est à Kiev à un congrès soviétique pour en finir avec le soviétisme », m’a dit Sasha, son mari. Tout est dans le théorème mallarméen : « Je dis une rose… et surgit l’absente de tout bouquet… » Les frères Barclay, financiers anglais qui voulurent, à la fin des années 1990, lancer un journal en l’intitulant L’Européen, coururent au fiasco parce que personne, sur le continent européen, ne peut comprendre, ne peut se reconnaître dans ce mot. Dites « Européen », dites « chrétien » et le sujet disparaît dès que vous revendiquez le titre. Revendiquer un titre, c’est en attendre des dividendes. Le projet politique des camarades de la City était frappé à la base du sceau soviétique car il faisait appel aux apparatchiks de la presse et à leurs connivences politiques – à ceux qui étaient déjà en place – et non à une idée neuve, ouverte sur le monde, qui attend que l’on vienne à sa rencontre. Ils oubliaient les hommes, cette essence du monde, cette source vive de tout journalisme qui se respecte.

Our Goal is CommunismQui nous empêche d’ouvrir les vieux atlas de l’enthousiasme socialiste des premières heures, avec leurs vignettes de robustes ouvriers, paysans, instituteurs, poètes? Et les femmes solides qui nous faisaient rêver en nous promettant l’amour dans les foins et dans les usines? Cela s’appelait « l’envie de construire » – et leur éclatant sourire qui illumine les tableaux du sots’ art n’a rien de méprisable. Que nous chaud la contradiction apparente? Nous avons importé le soviétisme et le mac carthysme, son cousin direct d’outre-Atlantique, mais nous ne désespérons pas. L’enthousiasme nous brûle les ailes comme les komsomols. J’ai devant les yeux, de l’autre côté du boulevard, sur la place où s’érigent les tentes de la garde romantique-nationaliste, la statue d’un illustre personnage ukrainien, ses épaules sont recouvertes d’un drapeau aux couleurs de la nouvelle nation, le grand homme de bronze a l’air embarrassé. Je ne m’insurge pas contre les drapeaux, leurs couleurs racontent une histoire, jamais évidente, comme les mots qui s’affolent sur la page imprimée. La neige, cet art pur qui tombe sur l’allée et brouille peu à peu le paysage à travers la vitre du café m’en dit plus sur le passé et le présent de ce pays que tous les discours, que toutes les brochures.

 


Responses are closed for this post.

Recent Posts

Tag Cloud

Adelphi Alberto Sordi Alexis de Tocqueville André Gide Anthony Burgess Baudelaire Biagio Marin Boris Iampolski Burgess C. S. Lewis Ceszlaw Milosz Chantal Akerman Edouard Limonov Ennio Flaiano Federico Fellini Fellini Gaspare Gozzi Jean-Luc Godard Jean Eustache Jeremias Gotthelf John Ruskin Jonathan Swift Joseph Brodsky Joseph Roth La Repubblica Le Monde Leo Longanesi Maurice Samuel Michel Houellebecq Michel Onfray Mon cœur mis à nu Naples Nicolàs Gòmez-Dàvila Robert Walser Samuel Johnson Santa Maria delle Grazie Sellerio Serguei Dovlatov Stendhal Totò Valentina Polukhina Vassili Rozanov V S Naipaul W H Auden Zermatt

Meta

Brussell-express is proudly powered by WordPress and the SubtleFlux theme.

Copyright © Brussell-express